47 ronin

L’histoire des 47 rōnin, aussi connue sous le nom de 47 samouraïs, ou la « vendetta d’Akō », ou en japonais Akō rōshi (赤穂浪士) ou encore genroku akō jiken (元禄赤穂事件), est l’archétype de l’histoire japonaise classique. Elle est décrite dans les manuels d’histoire japonais comme une « légende nationale1 » où les 47 rōnin sont aussi appelés les 47 gishi ou Akō gishi.

L’histoire des 47 rōnin n’est pas une pure fiction ; elle correspond à un fait historique. En 1701, dans la région d’Akō (préfecture de Hyōgo), un groupe de samouraïs est laissé sans chef (rōnin) après la condamnation de leur daimyo, Naganori Asano, au suicide rituel (seppuku) par le shogun Tokugawa Tsunayoshi. Il est accusé d’avoir blessé Yoshinaka Kira (1641-1703), maître des cérémonies de la maison du shogun, qui l’avait insulté.

Les 47 rōnin décident de le venger en tuant Kira. Après avoir patiemment attendu et planifié l’attaque pendant près de deux ans, l’attentat a lieu le 14 décembre 1702. Les 47 furent eux aussi condamnés au seppuku pour meurtre et s’exécutèrent le 4 février 1703. Ils connaissaient tous les conséquences de leur acte et c’est pour cette raison que leur action est considérée comme particulièrement honorable.

Source: 47 rōnin

Publié le 5 février 2017 dans .