Histoire du Japon

Découvrez les moments clés de l’Histoire du Japon, de la préhistoire aux différentes périodes et époques récentes.

La période Heian (3/3): les Fujiwara

Intrigues, abdications forcées, empereurs retirés utilisés comme des marionnettes, le clan Fujiwara (藤原) a dominé le gouvernement du Japon de 794 à 1160 en étant la « puissance derrière le trône ».

Nippon Kaigi: le culte qui dirige secrètement le Japon

Nippon Kaigi, un petit culte avec certaines des personnes les plus puissantes du pays, vise à restaurer la « gloire » impériale du Japon d’avant la seconde guerre mondiale.

Les objectifs du culte sont l’abolition de la constitution pacifiste du Japon, la fin de l’égalité des sexes, l’expulsion des étrangers, l’annulation de ces lois gênantes sur les « droits de l’homme », et le retour du Japon à sa gloire impériale.

La période Heian (1/3): histoire, religion, littérature et économie

La période Heian (平安時代) est la dernière période de l’Histoire japonaise classique et s’étend de 794 à 1185.

La période Heian est considérée comme étant l’apogée de la cour impériale et est célèbre pour ses arts, plus spécifiquement sa poésie et sa littérature.

Hiroshima, 6 août 1945 – « Mon Dieu, qu’avons-nous fait ? »

Le 6 août 1945, l’explosion d’une bombe atomique au-dessus de la ville d’Hiroshima, au Japon, précipite la fin de la Seconde Guerre mondiale. Depuis lors plane sur le monde la crainte qu’un conflit nucléaire ne dégénère en une destruction totale de l’humanité.

La période Nara (1/2): littérature et économie

La période Nara (奈良時代) de l’histoire du Japon s’étend de 710 à 794.

L’impératrice Genmei installe la capitale à Nara, aussi connu sous le nom de Heijo kyo, ou elle reste la capitale de la civilisation japonaise jusqu’à ce que l’empereur Kanmu établisse la nouvelle capitale à Nagaoka (et seulement 10 ans plus tard, à Heian, donc Kyoto).

Bushidô: 1000 ans sur la voie du guerrier

Depuis quelques décennies, à la faveur du spectaculaire engouement que les arts martiaux japonais suscitent à travers le monde, les valeurs morales prêtées au samouraï se sont largement diffusées.

S’il renvoie désormais dans l’inconscient collectif à des idéaux élevés et forme le creuset d’un épanouissement personnel s’efforçant de cultiver le corps comme l’esprit, le Bushidô fut également un soleil noir qui féconda le militarisme nippon. Rien d’étonnant à ce que cette « voie du guerrier », à la croisée d’influences multiples et semée d’écueils, éclaire aussi l’histoire de l’archipel.

Wakashudô: le samouraï et l’homosexualité

En dépit d’une présence manifeste dans la culture populaire contemporaine, en particulier le manga et la musique dans une moindre mesure, l’esthétique androgyne comme l’inclination homosexuelle semblent étrangement absentes de l’historiographie japonaise.

Du silence feutré des monastères aux bruyantes scènes de théâtre, en passant par les augustes palais seigneuriaux, l’homosexualité et une liberté sexuelle inouïe se révèlent pourtant dans une vérité parfois très crue.

Femmes samouraï: les oubliées de l’Histoire?

À l’autre extrémité de l’Eurasie, l’alliance du beau sexe et du métier des armes tient-elle de l’histoire ou du mythe? Répondre à la question suppose de poser quelques jalons, belle occasion de revenir sur la tradition militaire nippone et le statut social de la femme dans le Japon médiéval.