seconde guerre mondiale

La Seconde Guerre mondiale, ou Deuxième Guerre mondiale, est un conflit armé à l’échelle planétaire qui dure du 1er septembre 1939 au 2 septembre 1945. Ce conflit oppose schématiquement les Alliés et l’Axe.

Porté par l’influence des factions militaires, le Japon envahit ainsi la Mandchourie en 1931 puis le reste de la Chine en 1937.

Le refus du Japon de se retirer de l’Indochine française, envahie en 1941, et de la Chine, à l’exclusion du Mandchoukouo, mène, l’été de la même année, à l’imposition par les États-Unis d’un embargo sur le pétrole.

En réaction, Hirohito lance alors la guerre de la Grande Asie orientale et autorise l’attaque de Pearl Harbor ainsi que l’invasion de l’Asie du Sud-Est.

Putsch militaire au Japon: l’incident du 26 février

Le 26 février 1936, la neige tombe sur Tokyo encore endormi. Il fait encore nuit. Un régiment de la 1ère division se déploie dans la capitale. Les coups de fusil et de pistolet résonnent autour du palais impérial. La nouvelle tétanise l’establishment et les rédactions: un coup d’état militaire est en cours!

Août 1945: L’URSS porte le coup de grâce au Japon (1/2)

Le 15 août 1945, l’empereur Hirohito ordonne à la radio au peuple japonais de «supporter l’insupportable». L’«insupportable» est la capitulation sans condition qu’a refusé farouchement jusqu’alors le Japon, dernier pays de l’Axe à poursuivre la guerre.

Qu’est-ce qui incite Hirohito à prôner la paix, lui qui est resté muet, ou complice, du militarisme japonais pendant les quatorze années de guerre qu’a provoqué le Japon en Asie et dans le Pacifique?

Pourquoi le Japon s’est-il rendu en août 1945? (1/2)

L’utilisation d’armes nucléaires par les États-Unis pendant la seconde guerre mondiale a longtemps été un sujet de débats émotionnels. Tout d’abord, peu de monde a remis en cause la décision prise par le Président Truman de lancer deux bombes atomiques sur Hiroshima et Nagasaki.

Mais, en 1965, l’historien Gar Alperovitz a developpé la théorie que même si les bombes ont précipité la fin immédiate de la guerre, les leaders japonais voulaient dans tous les cas se rendre, et de toute façon avant l’invasion Américaine planifiée pour le 1er novembre 1945.

Hiroshima, 6 août 1945 – « Mon Dieu, qu’avons-nous fait ? »

Le 6 août 1945, l’explosion d’une bombe atomique au-dessus de la ville d’Hiroshima, au Japon, précipite la fin de la Seconde Guerre mondiale. Depuis lors plane sur le monde la crainte qu’un conflit nucléaire ne dégénère en une destruction totale de l’humanité.

L’ « Incident de Moukden »

La Deuxième guerre mondiale en Asie commence, non pas à Pearl Harbor, mais dix ans et trois mois plus tôt en Mandchourie, à Moukden – aujourd’hui Shenyang – dans la nuit du 18 et du 19 septembre 1931.

Cet événement décisif a frappé si fortement ses contemporains qu’Hergé en a fait le cœur de l’intrigue d’un album de Tintin: le Lotus Bleu.

Le dernier soldat japonais à se rendre… en 1974!

La Seconde Guerre mondiale prend fin en Europe le 8 mai 1945. En asie du sud-est, la paix ne vient que quelques mois plus tard, le 2 Septembre, quand Mamoru Shigemitsu, le ministre des Affaires étrangères, signe les actes de capitulation du Japon à bord de l’USS Missouri

Mais pour un homme la guerre n’est pas finie et elle ne se terminera qu’en 1974.

Découverte: circuit de voyage de Tokyo à Nagasaki

Pour aller au-delà de ce que le Japon a de mieux à nous offrir en termes touristiques, on peut imaginer un circuit de voyage au Japon de Tokyo à Nagasaki sur quatre jours qui nous fasse découvrir d’autres richesses architecturales. Ces deux villes japonaises sont diamétralement opposées mais présentent chacune des monuments et sites à […]

L’armée japonaise: un risque pour la paix en Asie?

Le Premier ministre japonais Shinzo Abe, inquiet de la puissance chinoise et de l’imprévisible Corée du Nord veut restaurer la souveraineté militaire du Japon. L’histoire militaire du Japon évoque les crimes contre l’Humanité et les crimes de guerre commis pendant la coprospérité asiatique, la colonisation, comme le massacre de Nankin, la marche de la mort […]