Kyoto – La salle d’or du temple To-ji

Un temple bouddhiste japonais est, en fait, une série de bâtiments, chacun avec un rôle précis au service du temple, mais il est presque impossible de décrire un temple «typique», parce que leur architecture, désignation et nom varie considérablement selon la secte bouddhiste et l’ère de construction.

Cependant, ce qui caractérise un temple est son bâtiment principal qui est généralement désigné sous le nom de «salle principale», Hondō en Japonais. En ce qui concerne le temple To-ji, à Kyoto, c’est un autre nom plus ancien qui est utilisé pour le bâtiment principal: Kondō ou «salle d’or». A l’origine, Kondō fut utilisé pour les premiers temples bouddhistes au Japon, pendant la période Asuka et la période Nara et est dû au fait qu’à cette époque l’intérieur du bâtiment était couvert de feuilles d’or. Celui-ci se trouve au sud-ouest de la gare de Kyoto.

La salle d’or a été érigée en 796, détruite lors d’un incendie en 1486 et reconstruite en 1603. Elle abrite les statues de Yakushi-nyorai, le bouddha de la guérison, ainsi que de ses serviteurs, Nikkō et Gakkō Bosatsu.

En 818, l’empereur Saga offrit la direction du temple au célèbre prêtre Kobo Daishi (弘法大師), également connu sous le nom de Kukai (空海), le fondateur de l’école bouddhiste Shingon.

Le temple est aussi fameux pour sa pagode qui mesure 57 mètres de haut, ce qui en fait la plus grande tour en bois du Japon. Cinq fois brûlée et reconstruite, elle est classée comme Trésor national et est devenue un des emblèmes de la ville.

Kondo du temple To-ji à Kyoto

Salle d’or du temple To-ji à Kyoto par Muza-Chan sous CC BY-NC-SA 4.0

Muza Chan

Passionnée par le Japon, les voyages et la photographie.

Les derniers articles par Muza Chan (tout voir)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *