Exposition – Shôkokuji, pavillon d’or et d’argent, zen et art à Kyoto

Exposition - Shôkokuji, pavillon d’or, pavillon d’argent, zen et art à Kyoto petit_palais_zen

Avec ses expositions temporaires, le Petit Palais mène l’ambitieuse politique de présenter de grandes expositions alternant découverte et redécouverte de certains ensembles de ses exceptionnelles collections et présentation de grandes expositions internationales qui invitent à une relecture des principales civilisations. En parallèle, le Musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris pérennise les manifestations associant l’art contemporain et art ancien, initiées depuis 1998. Dans le cadre de la célébration du 150e anniversaire des relations franco-japonaises et du 50e anniversaire du jumelage des villes de Paris et de Kyoto, du 16 octobre au 14 décembre 2008, l’exposition « Shôkokuji, Pavillon d’Or, Pavillon d’Argent – Zen et Art à Kyoto » permet de découvrir une sélection de peintures, de calligraphies et d’objets rituels parmi les trésors artistiques de trois des plus célèbres temples zen de Kyoto. Venez donc au Petit Palais, plongez dans l’essence du zen, au delà des images réductrices véhiculées en Occident… « Shôkokuji, Pavillon d’Or, Pavillon d’Argent – Zen et Art à Kyoto » vous invite à découvrir une sélection exceptionnelle de peintures, de calligraphies et d’objets rituels. Conférences, méditations, cérémonies du thé et de l’encens, ateliers d’Ikebana et de peintures,contes zen, films en 2D pour une initiation aux secrets de la tradition zen. Grâce à 80 oeuvres d’art, du XIIe au XVIIIe siècle, sélectionnées parmi les trésors artistiques de trois des plus célèbres temples zen de Kyôto (dont deux sont inscrits au Patrimoine mondial de l’humanité par l’Unesco), cette exposition sera l’occasion pour le public français de découvrir la culture Zen en ses multiples composantes. Une caractéristique essentielle du Zen au Japon étant la transmission directe de la Loi (Dharma) de maître à disciple, une première section révèlera les portraits peints ou sculptés des maîtres zen ainsi que des calligraphies zen appelées bokuseki ou « traces d’encre », supports fondamentaux de l’enseignement spirituel. Les traditions cultuelles sont représentées par d’imposantes peintures de divinités et figures sacrées datant des XIVe et XVe siècles, accompagnées d’objets rituels d’une grande force esthétique. Essentielle à la culture zen, la peinture à l’encre sera présente grâce à des chefs-d’oeuvre des maîtres du XVe et du XVIe siècle : Shubun (XVe), Sesshu Toyo (XVe) , Kano Motonobu (XVe-XVIe). Apparaîtront ainsi les liens étroits entretenus par les moines zen avec la culture savante de leur temps, les poésies et la littérature chinoise notamment. L’évolution de la cérémonie du thé sera évoquée par de magnifiques objets ayant appartenu au 8e shôgun Ashikaga Yoshimasa (1436-1490), grand amateur d’art et commanditaire du Pavillon d’Argent, Ginkaku-ji. En complément figureront des œuvres liées aux deux très célèbres maîtres du thé du XVIe et XVIIe siècle : Sen no Rikyu et Genpaku Sotan. En explosion picturale finale, des peintures des maîtres du XVIIIe siècle – Ito Jakuchu, Maruyama Okyo, Ike no Taiga – ouvriront aux mondes du paysage, des fleurs et des animaux réels ou fantastiques. Un parcours introductif construit par les photographies contemporaines de Hiroshi Moritani révélera au public la vie quotidienne des acteurs actuels de la tradition spirituelle zen.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *