Rouen – Musée des beaux-arts: le Japon illustré

Kunisada - Le magicien Matoda Jiro

Kunisada – Le magicien Matoda Jiro

Si les estampes ukiyo-e de l’âge d’or de l’époque Edo montrant les célèbres beautés des maisons de thé vaquant à leurs gracieuses occupations ont depuis longtemps la faveur du public occidental, l’estampe japonaise ne saurait se limiter à la vison esthétisante des amateurs du XIXe siècle.

Aux yeux des Japonais, plus qu’une œuvre d’art, elle est une part intégrante de leur quotidien, qu’il s’agisse d’orner à peu de frais les piliers de leur maison, d’appuyer d’un exemple visuel une pédagogie, de conserver le portrait d’un acteur célèbre ou d’un artiste, en un mot d’illustrer toutes les aspirations d’une époque s’incarnant dans les héros populaires de son histoire, comme les vaillants samouraï de Shingen Takeda, tels qu’ils apparaissent dans la série d’estampes de Sadahide Gounteï (1807-1878/79) ou tels que les montrent les pièces de théâtre Kabuki qui leur sont consacrées, les romans illustrés et de nos jours encore les jeux vidéo…

À partir de 1868, la restauration impériale de l’époque Meiji engage le Japon, jusqu’alors interdit de contacts avec l’Occident, dans un processus irréversible de modernisation. Les artistes japonais découvrent avec émerveillement le bleu de Prusse et délaissent les tons pastels délicats du tournant du XVIIIe pour jongler sans complexe avec les couleurs les plus franches, le rouge et le bleu en particulier, obtenant ce coloris très vif qui fascinera les Occidentaux.

Un artiste comme Yoshitoshi Tsukioka ( 1839-1892), le représentant le plus talentueux de l’école d’Utagawa, considéré comme le dernier grand maître de l’ukiyo-e, ayant complètement assimilé les schémas de composition occidentaux, s’inscrit aussi dans les tendances les plus modernes.

Les collections japonaises de la ville de Rouen se sont constituées grâce à la générosité de donateurs successifs, du très classique Jules Hédou qui a doté la bibliothèque municipale de belles planches de l’époque Edo à Jules Adeline, ami de Champfleury et de Siegfried Bing, qui a offert au muséum d’histoire naturelle quelques uns des fleurons de son département d’ethnographie jusqu’à Zama Muramoto-Legendre et à son époux qui ont versé au musée des beaux-arts les charmants objets collectés au Japon en 1933, derniers témoins d’un Japon près de disparaître et à Janine Lauri qui a pourvu le musée des beaux-arts de planches rares dans les collections françaises.

Longtemps ignorées du grand public, elles invitent à de nouvelles interrogations sur les rapports croisés Orient-Occident qui suscitent actuellement l’intérêt passionné tant des japonologues français que des chercheurs japonais. Outre le pur plaisir que procurent la perfection formelle des objets présentés et l’ingéniosité qui a présidé à leur création, elles offrent aux plus jeunes l’occasion de découvrir l’une des sources majeures de la littérature de divertissement.

Lieu: Musée des beaux-arts – Esplanade Marcel-Duchamp – 76000 Rouen
Date: Du 12 mars au 29 juin 2009

AUTOUR DE L’EXPOSITION

Public individuel
Visites commentées
Dimanches 22 mars, 5, 12, 19 et 26 avril, 10, 17 et 31 mai, 7, 14 et 28 juin à 15h
Durée : 1h – 18 personnes maximum
Tarif : 3,80 € + entrée à tarif réduit ; gratuit pour les moins de 18 ans

Visite traduite en langue des signes par l’association Liesse
Samedi 4 avril à 15h

Midi-musée (45 minutes)
Jeudis 19 et 26 mars, vendredis 20 et 27 mars à 12h30
Durée : 45 minutes – 18 personnes maximum
Tarif : 3,80 € + entrée gratuite ; gratuit pour les moins de 18 ans

Musées en famille
Dimanche 29 mars à 16h
Durée : 1h15 – 18 adultes et 15 enfants maximum
Tarif : 3,80 € + entrée à tarif réduit ; gratuit pour les moins de 18 ans

Cycle de conférences
Christophe Marquet, Les livres illustrés à l’époque d’Edo et la Manga
Jeudi 19 mars à 18h30

Brigitte Koyama-Richard, Le rôle de l’estampe au Japon, son évolution, de l’époque d’Edo à l’époque moderne
Jeudi 26 mars à 18h30

Geneviève Lacambre, La connaissance de l’occident au Japon à l’époque de la fermeture
Jeudi 2 avril à 18h30

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *