Paris – Exposition au musée Cernuschi: splendeurs des courtisanes, Japon, peintures ukiyo-e

Ukiyo-e - Estampe de courtisane, Japon

L’école Ukiyo-e a compté quelques uns des plus grands artistes de la peinture japonaise, au nombre desquels Kaigetsudô Ando (?-1743), Suzuki Harunobu (1724 – 1770), et bien sûr Kitagawa Utamaro (1753-1806), Katsushika Hokusai (1760-1849) et Andô Hiroshige(1797-1858). Leurs thèmes sont la vie moderne, Edo, ses théâtres kabuki et ses quartiers de plaisir où se côtoient nobles et bourgeois fortunés. L’Ukiyo-e prend pour sujet de prédilection les jolies femmes, notamment les courtisanes de Shin-Yoshiwara, le quartier des plaisirs à Edo. Présentées sous un jour idéalisé, les « beautés » des maisons vertes incarnent le goût du luxe et de l’apparat qui caractérise la population urbaine aisée de la période d’Edo (1615-1867). C’est dans ce cadre que le Musée Cernuschi présente, à l’occasion de la célébration des relations franco-japonaises, une exposition consacrée aux peintures Ukiyo-e de l’époque d’Edo, du musée Idemitsu de Tokyo. 1ère partie du 19 septembre au 9 novembre 2008, et 2ème partie du 18 novembre au 4 janvier 2008.

Les peintures proviennent du musée Idemitsu, à Tokyo, qui possède l’une des collections les plus riches et les plus belles du Japon dans le domaine de la peinture ukiyo-e. L’exposition présente un choix de 112 peintures (rouleaux suspendus ou kakemono, paravents, et rouleaux en longueur ou e-maki) réalisées par les plus grands artistes de cette école. Elle retracera en particulier l’histoire de cette peinture depuis la peinture de mœurs ou fuzokuga, au XVIIème siècle, jusqu’aux grands maîtres des XVIIIéme et XIXéme siècle. Pour des raisons de conservation, les œuvres seront présentées par roulement en deux temps sur une durée de trois mois. Apparue à la fin du XVIIe siècle, l’école de l’Ukiyo-e ou « peinture du monde flottant » s’est épanouie jusqu’au milieu du XIXe siècle. Cette école est liée au développement des grandes métropoles japonaises, Kyoto, Osaka et surtout Edo (Tokyo), capitale shogunale. Elle connaît à partir de la fin du XIXe siècle une gloire internationale, en raison notamment de la vogue et de la diffusion des estampes japonaises en Occident, ou encore des livres illustrés. Mais les peintures de ces artistes sont souvent beaucoup moins connues. Sens du jeu et goût de la poésie, hédonisme mêlé de distanciation, les valeurs de l’Ukiyo-e imprègnent encore le Japon urbain moderne. Deux expositions sont également présentées dans le cadre de la célébration du cent cinquantième anniversaire des relations franco-japonaises, au Petit Palais, musée des beaux-arts de la Ville de Paris. Tarif d’entrée plein: 7,50€

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *