Un samouraï célèbre: Kurusan Yasuke

Kurusan Yasuke est un des premiers, si ce n’est le premier, étranger à être devenu samouraï au Japon. Son histoire commence à la fin du 16ème siècle en Afrique (il serait autour de 1550). On ne sait pas exactement où il est né mais il semble qu’il ait été originaire du Congo ou du Mozambique.

Certains aspects de son histoire sont basés sur des faits alors que certains autres ont sans doute été rajouté après. Une exemple est le nom sous lequel il est connu: Kurusan Yasuke. Autant le nom « Yasuke » lui fut donné par l’un des trois grands unificateurs du Japon, Nobunaga Oda, autant le nom « Kurusan » est un ajout postérieur car le mot « san » n’était pas utilisé à l’époque de son existence. Une des sources historiques de l’existence de Yasuke est « l’Histoire du Japon » (História do Japão), écrite par le père jésuite Luís Fróis dont le premier volume est achevé en 1586. Il est aussi mentionné dans « l’histoire ecclésiastique des îles et royaumes du Japon » du père François Solier et dans le Shinchokoki

Yasuke arrive au Japon vers 1579 avec un jésuite italien, Alessandro Valignano, dont il est l’esclave. Cela peut paraître à priori surprenant mais, à cette époque, les papes avaient la morale à géométrie variable. Concernant l’esclavage, le pape Eugène IV avait condamné l’esclavage des habitants noirs des îles Canaries en 1435. 17 ans plus tard, en 1452, le pape Nicolas V autorisait les rois d’Espagne et du Portugal à soumettre les sarrasins, les païens et autres incroyants et à les « réduire en servitude perpétuelle ». Cette même bulle fut reconduite en 1456 par Calixte III, en 1481 par Sixte IV et 1514 par Léon X. Certains historiens estiment d’ailleurs que ces bulles ont permis à la traite des noirs de commencer.

D’un autre côté, le pape Paul III reconnaît les indiens d’Amérique comme des hommes véritables et dénonce l’esclavage en 1537. On voit donc que la politique de l’église était assez hésitante dans ce domaine et encore plus dans les contrées éloignées d’Amérique, d’Afrique et d’Asie. « Loin des yeux, loin du coeur » dit le proverbe. Il est aussi à noter que l’ordre des jésuites était lui-même divisé sur le sujet.

Bataille de Honno-ji

Bataille de Honno-ji

Toujours est-il que Yasuke débarque au Japon en 1579 et il ne passe pas vraiment inaperçu: une force de la nature, il faisait entre 1m90 et 1m95 ce qui était largement au-dessus de la taille des japonais et des européens de l’époque et, bien sûr, il était noir ce qui ne manquait pas d’étonner au pays du soleil levant. L’histoire veut que Nobunaga Oda pensa que la couleur de peau de Yasuke était due à un subterfuge et il ordonna qu’on le lava pour vérifer qu’il s’agissait bien de sa couleur naturelle.

Yasuke fit une telle sensation à Kyoto que des nouvelles de cet étranger inhabituel parvinrent aux oreilles de Nobunaga Oda. Celui-ci ordonna alors que Yasuke lui fut présenté car il était très friand de toutes les nouveautés que les européens apportaient au Japon. Oda fut impressioné par le fait que Yasuke puisse parler japonais et par ses caractéristiques physiques. Il garda donc Yasuke avec lui et le fit même samouraï à une époque où seuls les membres de cette caste pouvait le devenir. C’était donc un immense honneur pour un étranger.

L’histoire se termine malheureusement mal car après avoir unifié la plus grande partie du Japon, Nobunaga Oda fut trahi par Akechi Mitsuhide, un de ses généraux les plus fidèles. Ce dernier forçat Oda à se faire seppuku à la bataille de Honno-ji. Yasuke rejoignit Oda Nobutada, le fils de son daimyo, mais il fut lui aussi défait. Akechi Mistsuide livra Yasuke aux jésuites qui ne devaient pas avoir vu d’un très bon oeil le fait qu’un esclave ait pu s’élever au-dessus de son rang. Il disparaît alors, n’apparaissant plus dans aucun écrit.

Sources:
Yasuke: le premier samouraï étranger était africain
The Legend of Yasuke
Yasuke: the african samouraï
Liste des bulles pontificales

9 thoughts on “Un samouraï célèbre: Kurusan Yasuke

  1. « Il ne fut cependant pas le premier étranger à prendre le statut de Samouraï. Il avait été précédé par un anglais William Adams (le roman de James Clavell, « Shogun », est inspiré des ses aventures). »

    Non, William Adams est arrivé au Japon presque 20 ans plus tard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *