La population japonaise diminue pour la 4ème année consécutive

Le Japon a perdu un million de citoyens entre 2008, l’année où le pays a atteint son point haut en terme de population, et 2014, d’après le ministère des Affaires intérieures et des Communications. Des données gouvernementales récentes montre que la population japonaise a diminué pour la 4ème année consécutive. Celle-ci s’établit à 127,083 millions, son point le plus bas en 15 ans, après une diminution de 215.000 personnes (0,17%) entre octobre 2013 et 2014.

Avec un taux de natalité autour de 1.4, rivalisant avec l’Allemagne pour la place de cancre, le Japon voit sa population vieillir très rapidement et les projections officielles prédisent un recul supplémentaire de 40 millions vers 2060.

Histoire de noyer le poisson Afin d’avoir une image plus précise de la situation, les statistiques gouvernementales incluent les étrangers présents dans le pays depuis plus de 3 mois, ce qui veux dire que les chiffres sont encore plus mauvais si l’on prend en compte les seuls citoyens japonais. Dans ce cas, la diminution est de 273.000 au lieu de 215.000.

Le Japon est encore le 10ème pays le plus peuplé au monde, mais les mexicains travaillent ardemment (le soir surtout) à changer cet état de fait.

On recherce: bébés japonais

On recherche: bébés japonais

Un représentant du gouvernement a affirmé qu' »avec plus de personnes choisissant de ne pas se marrier et de ne pas avoir d’enfant, les modes de vie se diversifient et les immigrants sont peu nombreux au Japon ». (Prenons une seconde pour admirer la manière dont le gouvernement enfonce des portes ouvertes). Il termine en indiquant qu' »il sera difficile de renverser la situation à court terme ».

Les vieux personnes agées représentent désormais 26% de la population, le point le plus haut depuis que cette statistique a été créée en 1950. Environ un huitième de la population a plus de 75 ans et ceux au-dessus de 65 ans sont deux fois plus nombreux que les jeunes en-dessous de 15 ans.

La population a diminué dans 40 régions mais celle de Tokyo a augmenté de 0,68%. Il semble que Tokyo, ainsi que les villes autour, attirent de plus en plus de migrants. La capitale rassemble 28% de la population du pays. Le premier ministre essaye d’encourager une meilleure répartition de la population en revitalisant les zones rurales. Apparemment, il a encore pas mal de boulot.

Enfin, après une longue réflexion, la participation de nombreux ministères et un nombre de comités incalculables, le gouvernement japonais, dans sa grande sagesse, a estimé que si la population continue de diminuer, cela pourrait impacter négativement la croissance économique. Applaudissements pour une réflexion aussi poussée!

Source: Independent – Japan’s population falls for the fourth straight year — to its lowest point since 2000

5 thoughts on “La population japonaise diminue pour la 4ème année consécutive

  1. la décroissance est peut être une bonne chose pour un pays qui n’est pas autosuffisant et sans ressources naturels dans le passé la population japonaise a été parfois très basse le pays s’en est toujours remis .la jeunesse japonaise comme coréenne pense aujourd’hui que avoir un enfant pour qu’il se suicide a l’adolescence ou devienne un esclave des grand groupes capitalistes n’est pas utile,quand a l’immigration elle amènerait plus de problèmes qu’elle n’en résoudrait. l’Europe en est l’exemple flagrant.

  2. La population japonaise baisse, certes, mais pas à Okinawa. Ici, les familles nombreuses sont partout et la commune de Yomitan est la plus peuplée du Japon rural.
    En effet, il y a une disproportion énorme entre les ressources au Japon et son nombre d’habitants. On le sent beacoup à Okinawa où la population augmente au lieu de baisser. Rien que l’île principale compte 1.200.000 habitants. L’impression de voir tout ce monde sur une île qui fait par endroits que 3 km de large, est très spécial, on dirait un film de science fiction. Quand on monte sur une butte, on voit d’un côté la mer de Chine orientale, de l’autre côté l’océan Pacifique – et au milieu une agglomération d’une densité peu commune pour un environnement pareil. Heureusment, ce n’est pas le cas sur toute l’île.

  3. Situation alarmante c’est clair mais à nuancer un peu : le taux de fécondité qui est à 1,4 enfants/femme actuellement remonte en effet légèrement chaque année depuis 2005. C’est encore bien en-dessous du taux de renouvellement des générations mais ça permet de nuancer une situation démographique dont tous les indicateurs seraient au rouge.

    • A ce niveau là de la compétition, i.e. 30% en dessous du taux de renouvellement, même un frémissement positif ne fera pas grand chose. Je lisais un article hier ou avant-hier qui disait que la population japonaise avait diminuée d’un million de personnes dans les 5 dernières années et les prévisions sont toujours d’une perte dun tiers de la population à l’horizon 2060.
      Abe semble avoir fait des déclarations indiquant qu’il voulait plus d’enfants mais le manque de structures est tellement criant que ça va être un énorme boulot si il veut vraiment faire quelque chose.

      • Les différents gouvernements avant Abe ont déjà pris quelques mesures je crois de même que certaines collectivités locales et/ou entreprises. Ça a peut être joué dans la remontée du taux de fécondité mais de toute façon la démographie n’évolue pas facilement et elle dépend essentiellement de facteurs socioculturel sur lesquels les gouvernements n’ont qu’une emprise limitée.
        Il faudrait à mon avis des investissements massifs et une politique familiale d’ensemble à la scandinave pour que l’action politique ait un effet déterminant sur la démographie.
        Je maintiens quand même ce que j’ai dit : le taux de fécondité remontant trés légèrement mais régulièrement chaque année depuis 10 ans logiquement si – je dis bien SI – il maintient cette tendance la population japonaise arrêtera de baisser.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *