Histoire du système éducatif japonais

Ecoliers japonais

Ecoliers japonais

Avant la seconde guerre mondiale

Tout au long de son histoire, le Japon a mis l’acccent sur l’éducation. Sous le régime féodal, le Japon disposait de nombreuses écoles appelées terakoya, ouvertes aux enfants des roturiers et des samouraï. Par ailleurs, nombre de fiefs (han) ont installé leurs propres écoles (hanko) pour les vassaux. A la fin du régime féodal, on comptait des dizaines de milliers de terakoya et environ 270 hanko. Le taux d’alphabétisation était alors, selon les estimations, de 40%.

La restauration Meiji (1868) a connu une réforme complète du système éducatif. Dans le processus de modernisation, le gouvernement a mis en place un enseignement primaire pour tous d’une part, et une formation des élites et des cadres dirigeants de l’autre. En 1872, le gouvernement a arrêté un nouveau système d’enseignement (gakusei), et un système scolaire à trois cycles, commençant par le primaire et le secondaire, et enfin le supérieur, a été alors établi.

La scolarisation en primaire, obligatoire pour tous les enfants, a connu une augmentation significative durant l’ére Meiji et est devenue pratiquement universelle à l’ère Taisho (1912~1926): la part des garçons d’age scolaire obligatoire fréquentant l’école est passé à plus de 99% au début de l’ère Taisho, la part des filles, elle, franchissant ce pourcentage à la fin de cette même ère. La scolarisation obligatoire a été graduellement prolongée durant l’ére Meiji, et finalement portée à six ans en 1907.

L’enseignement secondaire était facultatif et comportait diverses voies, offertes en un ou deux cycles par différents types d’établissements. En 1943, il y avait 727 écoles secondaires scolarisant 607.114 élèves, 1.299 écoles supérieures de jeunes filles scolarisant 756.955 élèves. En plus de ces établissements, l’enseignement secondaire était dispensé à la section supérieure de l’école populaire, pour une durée de deux ans.

Douglas MacArthur

Douglas MacArthur

La réforme éducative d’après-guerre

Le système éducatif d’avant-guerre et celui appliqué pendant la seconde guerre mondiale se caractérisait notamment à la fois par l’administration centralisée et la multiplicité des parcours.

Après la seconde guerre mondiale, le système éducatif a été complètement remanié sous l’occupation. Sur la base des conseils des USA, un système 6-3-3-4, fortement décentralisé par rapport à l’ancien système, a été adopté, éliminant dans le principe les voies différenciées d’enseignement. L’enseignement obligatoire a été porté de 6 à 9 ans, et le principe d’enseignement mixte a été établi. Dans chaque collectivité territoriale (département et commune), a été installé un conseil de l’éducation pour gérer les établissements publics primaires et secondaires.

Concernant l’enseignement supérieur, les classes préparatoires offrant un cursus en culture générale ont été intégrées et ont commencé à constituer le premier cycle universitiare (kyoyokatei). Le cursus universitaire traditionnel est devenu le deuxième cycle (senmonkatei), mais sa durée a été raccourcie d’un an, au grand dam des universitaires considérant la réforme comme une dévalorisation des diplômes.

Sous le nouveau système, l’enseignement scolaire, particulièrement non obligatoire, a été sensiblement développé, permettant une scolarité plus longue au peuple japonais. Pendant cette période, la scolarisation au second cycle du secondaire est devenue quasi-universelle.

Le système éducatif d’après-guerre, modifié à  plusieurs reprises depuis sa mise en place, régit encore largement le système scolaire actuel, mais celui-ci offre plus de voies de formation. En 1961, par exemple, un nouveau système de collège supérieur de technologie a été mis en place. Celui-ci offre à la fois des enseignements secondaire (second cycle) et supérieur, orientés fortement vers le monde industriel.

Yasuhiro Nakasone

Yasuhiro Nakasone

La réforme continue du système éducatif

Durant ces dernières décennies, le système éducatif nippon a enregistré de bonnes performances. Selon les résultats de tests internationaux, les élèves nippons ont enregistré des scores excellents. Par exempls, le Japon a occupé la deuxième place en mathématique du niveau collège au premier examen de l’IEA en 1964 (12 pays participants) après Israël et la première au deuxièMe examen en 1981 (20 pays participants), puis la troisième au troisième examen en 1995 (39 pays participants) derrière Singapour et la Corée du Sud.

Toutefois, aujourd’hui, l’éducation Japonaise se bat avec nombre de problèmes: diminution des effectifs, adaptation à la société de la connaissance, baisse de la conscience citoyenne, problème relatifs à la vie scolaire, rétrogradation dans le classement des tests internationaux, etc…

Dans les années 80, le gouvernement du Premier ministre Nakasone a étudié une réforme complète du système éducatif japonais. Depuis lors, le système éducatif a été continuellement révisé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *