Ma revue de la saison Automne 2015 Animés (2/2)

Après un premier article sur une douzaine d’animés de la saison Automne 2015, ce deuxième article en couvrira 13 supplémentaires.

Ore ga Ojou-sama Gakkou ni « Shomin Sample » Toshite Gets-Sareta Ken

Ore ga Ojou-sama Gakkou ni "Shomin Sample" Toshite Gets-Sareta Ken

Ore ga Ojou-sama Gakkou ni « Shomin Sample » Toshite Gets-Sareta Ken

Ca se passe dans notre monde, une académie réservée aux filles de très bonne famille se rend compte que l’éducation qu’elle donne ne permet absolument pas de préparer les jeunes filles à la « vraie » vie.

Pour y pallier, elle décide d’intégrer un « shomin », c’est-à-dire un homme du peuple, qui permettra à toutes ces jeunes filles d’acquérir des connaissances inédites.

Un lycéen va donc se retrouver catapulté dans cet univers bien différent du sien.

Bon c’est clairement du n’importe quoi, mais c’est du n’importe quoi qui m’a bien fait rire. Après, c’est clairement pas pour tout le monde.

Owari no Seraph: Nagoya Kessen-hen

Owari no Seraph: Nagoya Kessen-hen

Owari no Seraph: Nagoya Kessen-hen

La deuxième saison d’Owari no Seraph. Dans un futur très proche, une catastrophe d’origine humaine (une espèce de virus) extermine la très grande majorité de la population. Peu après, des créatures monstrueuses apparaissent et accentuent encore la désolation. Profitant de cela, les vampires sortent au grand jour et utilisent les humains survivant comme du bétail.

On suit un enfant qui, avec les autres enfants de son foyer d’accueil, a été capturé par les vampires. L’enfant finit par s’évader mais toute sa « famille » meurt durant la tentative. Il jure alors de tuer tous les vampires et rejoint l’Armée Impériale Japonaise du Démon (un poil long comme titre) qui tente de rétablir la domination humaine sur ce qui fut le Japon. Le terme « Démon » vient du fait que cette armée utilise des armes habitées par des démons, ce qui les rend ainsi capable de se battre contre les vampires.

Un peu le même problème que les autres, des « héros » dont on a qu’une seule envie, qu’ils se fassent dérouillés par les méchants.

Rakudai Kishi no Cavalry

Rakudai Kishi no Cavalry

Rakudai Kishi no Cavalry

Cela se passe à notre époque, à la différence que la magie existe et qu’il existe donc des « Chevaliers magiques », des individus capable de manipuler la magie et se battant avec des armes provenant de leurs âmes. Et pour devenir un de ces chevaliers, il faut suivre un cursus dans une des académies spécialement prévues pour, et les différentes académies font des tournois entre elles.

On suit donc un de ces lycéens, Ikki Kurogane, dont la particularité est qu’il n’a absolument aucune capacité magique, rien, nada, zéro, alors même que sa famille est connue pour produire de très puissants chevaliers. Autant dire que durant toute son enfance sa famille n’a pas manqué de l’ostraciser et de le mépriser plus ou moins ouvertement, à part sa petite soeur.

A une des réunions de famille où il est laissé seul dans un coin, il décide de fuguer. Malheureusement, on est en hiver et le manoir famillial est un peu en montagne. Du coup, il ne va pas très loin avant de s’écrouler et alors qu’il croit qu’il va mourir son grand-père le sauve et lui dit de s’accrocher et de poursuivre ses rêves.

Il va donc s’entraîner, tout seul vu qu’on le méprise, et il arrivera à devenir très fort (mais uniquement en terme de combat pur). Malheureusement, dans les académies seules les capacités magiques sont notées et donc il finit sa première année avec un zéro pointé (et le surnom de « Worst One ») et seul le changement de directeur le sauve de l’exclusion.

La nouvelle directrice lui propose un accord: il ne pourra jamais devenir un chevalier magique en titre en suivant le cursus normal car les académies délivrent ce titre en notant les capacités magiques, mais s’il arrive à gagner le tournoi inter-académies alors la directrice lui accordera le fameux titre.

Mais avant de participer au tournoi inter-académies, il faut se qualifier et Ikki va donc devoir gagner 12 matchs. Et c’est ce qu’on va suivre dans l’animé.

Franchement, c’était pas mal du tout, les combats sont bien animés, les personnages sont pas mal et j’apprécie beaucoup ce héros qui est un peu « seul contre le système ». Après, il y a aussi un petit côté ecchi (mais on ne voit rien, c’est juste des situations et des suggestions) pour tout ce qui entoure la relation entre le héros et sa copine, mais bon, pour une fois qu’on a pas le phénomène du harem!

Sakurako-san no Ashimoto ni wa Shitai ga Umatteiru

Sakurako-san no Ashimoto ni wa Shitai ga Umatteiru

Sakurako-san no Ashimoto ni wa Shitai ga Umatteiru

On suit Sakurako et Shoutarou. Sakurako est une ostéologiste avec un penchant un peu trop prononcé pour tout ce qui touche à la mort, ainsi qu’une attitude asociale assez forte.

Shoutarou est un lycéen qui est tombé par hasard sur Sakurako et qui en est devenu amoureux. Pour passer du temps avec elle, il accepte de participer à ses excursions (qui sont par exemple de se promener en forêt pour trouver des animaux mort et ainsi pouvoir faire leur squelette). Et parfois, les cadavres ne sont pas ceux d’animaux, ce qui ne cause guère de problèmes particuliers à Sakurako.

C’est un peu un animé policier avec des mystères à résoudre. C’est sympathique, le graphisme est bon, Sakurako est un personnage intéressant qui change du héro tout lisse et tout gentil. Par contre, des fois, ç’est un peu trop facile la façon dont elle découvre tout mais bon…

Shinmai Maou no Keiyakusha Burst

Shinmai Maou no Keiyakusha Burst

Shinmai Maou no Keiyakusha Burst

La suite de Shinmai Maou no Testament.

Cela se passe à notre époque, avec en plus des forces surnaturelles qui se combattent sans que les humains ne le sachent. Il y a 3 camps, les Dieux, les Héros (auxquels les Dieux ont donné des pouvoirs) et les Démons (des Dieux qui ont été bannis).

On suit Basara, qui est le fils d’un Héros (et qui a donc des pouvoirs) qui a été banni du village des Héros. Un jour, il se retrouve avec la fille de l’ancien Seigneur des Démons comme soeur adoptive et il va donc se retrouver au milieu des luttes de pouvoir du monde des Démons, avec des Héros, puis des Dieux (dans la deuxième saison), qui interviennent.

Ah oui j’oubliais, tout ça n’est qu’un prétexte pour de l’ecchi. C’est dans la même veine que High School DxD, un gars entouré de filles lubriques. Donc après tout dépend de ce que l’on cherche.

Subete ga F ni Naru: The Perfect Insider

Subete ga F ni Naru: The Perfect Insider

Subete ga F ni Naru: The Perfect Insider

L’histoire se passe dans notre monde. On suit un jeune professeur d’informatique dans une université et la jeune fille dont il est une espèce de gardien/tuteur/ami depuis que les parents de la fillette sont morts.

Le professeur est un peu la parodie de l’informaticien asocial. Pour un camp d’été avec ses étudiants, il reçoit l’autorisation d’aller sur une île où se situe le laboratoire de l’une des plus grands génies de l’informatique. Elle se trouve aussi être la meurtrière de ses parents quand elle était adolescente, et plutôt que de l’envoyer en prison, ils l’ont enfermé dans 3 pièces du laboratoire dans lesquelles elle vit seule depuis une dizaine d’années.

Sauf que lorsque le professeur et la jeune fille, qui même si elle n’est pas une de ses élèves a décidé de participer au camp, visitent le laboratoire pour la première fois la docteresse de génie est assassinée. L’anime sera donc l’enquête pour déterminer ce qui s’est passé.

C’est pas mal, par contre c’est uniquement du dialogue et ça peut être un peu lourd.

Taimadou Gakuen 35 Shiken Shoutai

Taimadou Gakuen 35 Shiken Shoutai

Taimadou Gakuen 35 Shiken Shoutai

Ca se passe un peu plus loin dans le futur que notre époque, la magie est quelque chose de connu mais de détesté suite à une terrible guerre ayant eu lieu contre les sorcières. Après la défaite de ces dernières et pour poursuivre les survivantes, l’Humanité a crée l’Inquisition.

On suit un lycéen à l’académie de l’Inquisition. Il fait partie du peloton 35, qui est le plus mauvais de l’école, pas tant parce que ces éléments sont mauvais mais à cause d’un mélange de pas de bol, de gaffes et d’un travail d’équipe déficient. On va donc suivre cette fine équipe dans leur aventure pour réussir leur scolarité.

C’est pas mal, un cran en dessous de Rakudai Kishi, mais j’ai bien aimé.

Teekyu

Une série avec des épisodes très courts (3-4 minutes).

C’est la 5ème ou 6ème saison, qui continue encore actuellement. En théorie, on suit 4 collégiennes du club de tennis sauf qu’en fait ça ne parle quasiment jamais de tennis et on est toujours dans l’absurde.

Moi ça me fait rire, mais à mon avis c’est pas pour tout le monde.

Teekyu

Teekyu

Ushio to Tora

Ushio to Tora

Ushio to Tora

Cela se passe dans le Japon actuel, on suit Ushio, un collégien avec une force physique supérieure à la normale (sans être inhumaine) mais qui préfère être dans le club de peinture (dans lequel il est également doué) plutôt que de rejoindre l’un des clubs de sport qui espèrent le récupérer.

Ushio vit seul dans un temple avec son père qui est le moine responsable du temple. Un jour alors que son père est absent, Ushio en faisant le ménage découvre une cave, et à l’intérieur un monstre empalé sur un mur par une lance. Devant l’agressivité du monstre, Ushio se contentera d’enfoncer un peu plus la lance et de bien refermer l’accès à la cave, sauf qu’entre-temps d’autres monstres, attirés par l’énergie du monstre dans la cave, attaquent le temple et les amies d’Ushio s’y trouvant. Sans autres alternatives pour sauver ses amis, Ushio arrache la lance.

A partir de là, Ushio va donc se retrouver avec le monstre sur le dos car ce dernier a juré de le dévorer. Ushio nommera le monstre « Tora », car il ressemble un peu à un tigre et on aura plein d’aventures.

C’est du shonen, mais, pour moi, du très bon shonen. Le duo Ushio/Tora fonctionne très bien, le mélange action/humour est bien dosé, le style graphique est original. J’ai beaucoup aimé. A noter qu’une nouvelle saison va bientôt commencer.

Utawarerumono: Itsuwari no Kamen

Utawarerumono: Itsuwari no Kamen

Utawarerumono: Itsuwari no Kamen

Cela se passe dans un monde d’héroïque fantaisie, on suit un homme qui se réveille seul dans la montagne sans aucun souvenir.

Une femme (une espèce d’aventurière/voyageuse) le découvre et, prenant pitié de lui, décide de devenir son gardien. S’ensuit alors différentes aventures, plus ou moins palpitantes.

C’est pas mal, j’aime bien le style graphique et l’animation, les personnages, … mais le gros problème c’est qu’il faut à peu près 12-14 épisodes pour qu’il se passe réellement quelque chose et qu’on ait une véritable intrigue principale.

D’ailleurs à partir de ce moment, ça va très très vite car on nous donne un gros coup de massue avec la vérité sur qui est cet homme et les évènements s’emballent un peu.

Valkyrie Drive: Mermaid

Ah, celui-là… mmhhh… comment dire… s’il fallait un mot pour le décrire se serait « chaud ». On est à la limite du hentai quand même.

L’idée de base c’est qu’un virus qui ne touche que les femmes donnent à ces dernières des pouvoirs spéciaux. Pour que ces pouvoirs apparaissent, elles doivent se mettre par deux et l’une des deux devient « liberator » et l’autre « exter ». Les exters se transforment (littéralement) en arme et les liberators peuvent manier ces armes. Visiblement, la population est plutôt effrayée par ces filles et a décidé de purement et simplement les bannir sur une île.

Bon, jusque là on a rien de très original, les paires, les pouvoirs, l’ostracisation, … là où tout change c’est que la transformation en arme est déclenchée par de l’excitation sexuelle. Du coup, je vous laisse imaginer ce que font les filles entre elles.

Fondamentalement, c’est du WTF et faut le regarder avec ça à l’esprit.

Valkyrie Drive: Mermaid

Valkyrie Drive: Mermaid

World Trigger

L’histoire se passe dans notre monde, jusqu’au jour où de mystérieux portails s’ouvrent dans une ville japonaise et que des machines en sortent et attaquent la ville. L’armée est envoyée mais elle est incapable d’endommager les robots. C’est alors que des humains apparaissent et avec des armes ressemblant à celles des machines et repoussent cee dernières. Les machines seront appelées les « Neighbors ». Les individus ayant sauvé la ville créeront l’organisation « Border » qui protègera la ville japonaise (car d’autres portails se forment à intervalle régulier).

On suit Osamu, un collégien ainsi qu’un agent de classe C de Border (c’est-à-dire qu’il est encore à l’entrainement), dont la vie va changer le jour où il rencontre un élève qui vient d’être transféré, Yuma.

J’aime beaucoup, surtout pour les personnages, car même si on est dans du shonen le héros est très loin de l’archétype classique type Sangoku ou Ichigo, dèjà il est faible (au début de l’histoire c’est sans doute l’agent de Border le plus faible), et même s’il compense cela par une intelligence certaine, cette dernière n’est pas non plus du niveau des génies comme Lelouch dans Code Geass. Ensuite, comme il est conscient de sa faiblesse, il n’est pas vraiment courageux dans l’âme. C’est pour cela qu’il se force à toujours jouer les chevaliers blancs afin d’éviter que le jour où il se trouve dans une situation où il doit faire face, il ne fuit par habitude.

L’anime est long à démarrer, (il faut bien une dizaine d’épisodes avant qu’il ne se passe vraiment quelque chose) mais après les évènements se succèdent bien.

World Trigger

World Trigger

Yuru Yuri San Hai!

Troisième saison de Yuru Yuri.

On suit toujours 4 collégiennes, et leurs amies/familles, dans leurs vies de tous les jours.

C’est de la comédie légère mais qui peut partir dans de beaux délires (moins que Teekyu mais y a quand même du niveau). Moi j’aime bien, ça change des méchas/guerriers/magiciens/… qui sauvent la terre.

Yuru Yuri San Hai!

Yuru Yuri San Hai!

Anthony A.

Informaticien de profession. Passionné d'Histoire. Pratiquant le Kendô. Et geek à ses heures perdues.

2 thoughts on “Ma revue de la saison Automne 2015 Animés (2/2)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *